Eh oui, durant les années 80, les mœurs étaient bien différentes et bien des choses seraient aujourd’hui interdites ! S’il y a bien un exemple typique à citer, ce serait les fameux biscuits Bamboula commercialisés à partir de 1987 par St Michel !

Ces biscuits sablés au chocolat avec une tête de lion étaient appelés les « Bamboula » pour l’unique raison que ceux-ci comportaient du cacao. Pour parfaire le marketing, ce biscuit avait pour emblème un petit africain représenté comme un sauvage vêtu d’une peau de léopard. Ce dernier été créé par Mallock en 1985.

Les produits dérivés Bamboula

La mascotte des biscuits Bamboula fut déclinée en mini BD offertes avec les biscuits, puis en petits jeux imprimés sur du carton, des jeux sur minitel (36 15 Bamboula), des pin’s, des stickers, des figurines, des objets divers… La biscuiterie a aussi pendant un temps édité « Le journal de Bamboula », petit magazine à destination des enfants.

La fin de Bamboula

En 1994, St Michel finança une partie du zoo de Port-Saint-Père « Safari Parc », près de Nantes. Ce parc comprenait un « village de Bamboula » exhibant des animaux sauvages ainsi que des ivoiriens en tenue de sauvage. Les mœurs étaient sur le point de changer, et déjà (enfin !) certains pensaient aux droits de l’Homme et se sont trouvés choqués à la vue de ces hommes et femmes montrées comme des bêtes de foire. La polémique enfla, ce qui mit un terme au « village de Bamboula » ainsi qu’au biscuit chocolaté du même nom.

Voir l’affaire du village de Bamboula ici.

Spread the love
  • 2
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    2
    Shares